Galatée

Ovide conte que le sculpteur Pygmalion, profondément mysogine, ne s’éprit que de la satue qu’il avait créée, celle d’une femme qui correspondait en tous points à ses désirs. A cette statue il manquait toutefois la vie. Vénus la lui accorda. Pygmalion appela cette femme – sa femme – Galatée.

Ne faut-il pas plaindre Galatée de n’être rien d’autre que l’objet du désir de celui qui l’aime ?

 

Galatée

S’il aime le ciel bleu, elle est le bleu du ciel.
S’il préfère un poème, elle est tout le poème.
Si c’est son chien qu’il aime, alors elle est son chien.
S’il désire de l’or, elle est doucement fauve.
S’il cherche à s’émouvoir, elle est un opéra.
Elle a, s’il veut du vin, des senteurs capiteuses.
S’il lui faut une lame, elle est de métal froid.
S’il convoite un cheval, elle sait aller l’amble.
Veut-il goûter un fruit, elle est de pulpe tendre.
S’il aspire au repos, elle a des mains de nuit.
S’il rêve d’un étang, elle est nue sous les saules.
Ou, s’il veut rire, elle est reflet, source et mésange.

Mais si elle aime une fleur, ou l’aube, elle n’est rien.

1 Réponse à “Galatée”


  • superbe
    merci bcp
    j’ ai été sous le choc d’ un décès en étends ado
    alors j’ ai écris pour coucher ma souffrance et ne pas m’ enliser
    depuis j’ aime toujours la moto même s’ il a été fauchée par la camionnette d’ un fou du volant
    gros bisssssssssssss
    ton texte est superbe et original
    des comparaisons voilà qui n’ est pas familier avec des s’ il c’ est beau merci

Laisser un Commentaire




MoonLight |
Le livre GO |
L'amour en poeme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | frantsesa
| Conscience Universelle
| sarah55000