Ne requiescam

Ne requiescam

Mais la violence ?
Je ne savais plus la violence,
Cette senteur d’ortie cabrée sous le parfum des roses.

J’avais cru douce une églantine
Et sa fraîcheur docile à mon plaisir.

Blanc
Le rugissement des ronces.
Et la beauté somme de conquérir.

Pardon, mes proies !
J’avais oublié :
Le désir feule.

0 Réponses à “Ne requiescam”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




MoonLight |
Le livre GO |
L'amour en poeme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | frantsesa
| Conscience Universelle
| sarah55000